Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par P. GEORGE

ACCID, un an après…
 
 
C'est avec plaisir que nous vous adressons ce premier bulletin d'information. Puissiez-vous y trouver des réponses à vos interrogations.
 
Depuis le coup de tonnerre du mois de mai 2005 annonçant le projet d'un centre d'enfouissement de déchets ultimes (CSDU) à Robécourt, ACCID n'a pas ménagé ses efforts et pourtant, le même argument est toujours opposé :
 
"Il n'y a rien sur le bureau du Préfet"
 
ACCID ne peut se satisfaire de ce qu'elle considère comme une esquive et a toutes les raisons de se mobiliser d'autant que le contexte départemental et régional ne semble pas s'orienter vers des politiques pertinentes en terme de respect de l'environnement.
 
Nous vous remercions de diffuser cette information autour de vous, de manifester votre hostilité aux CSDU par tous les moyens à votre convenance, de nous fournir toute information susceptible de faire avancer notre action et nous faire partager vos réflexions et propositions à l'aide du coupon réponse ci-dessous.
Le bureau d'ACCID
 
Tour d'horizon de la situation
 
82% de nos déchets sont enfouis et/ou incinérés !

Sur le plan national, 82% de nos déchets sont actuellement enfouis et/ou incinérés, au mépris de la loi de 1992 qui préconise, entre autre, de développer des filières de valorisation. En outre, il n'existe aucune politique de réduction des déchets à la source. Les industriels continuent à produire des déchets difficiles à traiter. 70 % des déchets, pour lesquels le contribuable paye, sont des déchets industriels.

Les mesures gouvernementales : autocollants "stop pub", disparition des sacs de caisse dans les commerces, campagnes publicitaires télévisées, etc. loin d'être inutiles apparaissent néanmoins comme des mesures "gadgets" face à l'ampleur du problème des déchets.
Le principe pollueur-payeur, inscrit dans la loi, n'est toujours pas respecté.
Les déchets sont aujourd'hui l'objet d'un commerce très lucratif (1€ investi rapporte 3 à 4€ de bénéfice net) que les industriels se partagent avec l'assentiment des pouvoirs publics.
Dès lors, quel intérêt ces "décideurs" auraient-ils d'en réduire la production ?
Seules des démarches comme celles de nos associations peuvent dénoncer de tels procédés qui :
1°) condamnent le citoyen à payer deux fois les produits qu'il consomme : une fois pour leur production et une autre fois pour leur élimination
2°) hypothèquent gravement la qualité de vie des générations futures. 


150 000 tonnes de déchets pour une durée de …10, 20, 30 ans !
 
…sans aucun objectif de réduction !

Dans les Vosges, un troisième site d'incinération a été créé à Rambervillers qui porte la capacité de traitement à 90 000 tonnes, venues du département et peut-être aussi de plus loin.

Par ailleurs 150 000 tonnes sont enfouies chaque année à Ménarmont. La fin d'exploitation du CSDU de Ménarmont étant prévue pour le 1er juin 2009, un dossier a été déposé en Préfecture le 14 juin 2006 par la société SITA. Celui-ci prévoit l'enfouissement de la même quantité d'ordures sur le territoire de la commune d'Escles (près de Darney) pour une durée de … 10, 20, 30 ans !? sans aucun objectif de réduction.
Le Conseil Général des Vosges est désormais en charge de définir la politique de traitement des déchets dans le département. Empêtré dans cette nouvelle compétence, celui-ci essaie de calmer les associations anti-décharges en leur proposant de participer à une commission consultative ! Cette participation consisterait à faire siéger un seul représentant pour l'ensemble des associations citoyennes concernées.
ACCID, par un communiqué paru dans la presse le 10 juillet 2006, a décliné cette proposition qui lui paraît être
une véritable manipulation.
Le Conseil Général voudrait-il nous faire croire qu'il est prêt à jouer une autre carte que celle de l'enfouissement ou de l'incinération ?
A Robécourt, la situation semble en sommeil mais reste préoccupante :
Le Préfet a révélé que le dossier de Robécourt … était toujours en évolution


Le compromis de vente concernant le site pressenti est toujours d'actualité ; il court jusqu'en 2012 !!!

-                     L'acquéreur poursuit des démarches en vue d'obtenir la maîtrise foncière totale, notamment celle qui lui permettrait l'accès au site.
-                     Le Préfet a révélé encore tout récemment que le dossier de Robécourt établi par Villers-services était toujours en évolution.
Rappelons que Madame le Maire de Robécourt est toujours opposée au projet de CSDU, dans sa globalit
En raison de ces menaces, ACCID poursuit ses actions :
-                     Des réunions du Conseil d'Administration sont tenues régulièrement et ouvertes à tous.
-                     Une recherche permanente auprès de spécialistes ainsi que dans l'actualité locale, nationale et internationale permet de nourrir notre réflexion pour donner un sens et une réalité à un AUTREMENT en matière de traitement des déchets.
-                     Une trentaine de conférences-débats avec la projection d'un diaporama ont eu lieu dans le canton et les cantons voisins dans les Vosges et en Haute-Marne.
-                     ACCID vérifie les nombreuses informations, désinformations et rumeurs qui circulent.
-                     Les 24 et 25 juin 2006, ACCID était à Manspach (68) pour participer à un colloque organisé par le Centre National d'Information Indépendante sur les Déchets (CNIID) auquel elle a adhéré.

-                    

Réunions,
Conférences-débats, Manifestations, …
La vigilance reste de mise


Dans le prolongements des actions/manifestations déjà réalisées à Neufchâteau, Rosières sur Mouzon, Contrexéville et Epinal, ACCID en envisage d'autres pour les mois à venir :

-                     Une nouvelle signalétique par panneaux bien visibles va être mise en place autour du site menacé.
-                     Les réunions dans les villages seront poursuivies.
-                     Une conférence-débat au Trait d'Union à Neufchâteau (environ 300 places) aura lieu le 13 octobre 2006 à 20 h 30 avec la présence d'un expert en géologie et hydrologie. Une étude géomorphologique du site de la Fennecière a d'ailleurs été réalisée par ce même expert, laquelle met en évidence les dangers de l'implantation d'un CSDU sur ce site.
-                     Nous cherchons toujours à travailler collectivement avec les autres associations "anti-décharge" départementales.
Pour ACCID la vigilance reste de mise. Soutien et confiance mutuels sont indispensables à la poursuite du combat.
Consciente de l'attente de ses adhérents et sympathisants, ACCID prévoit l'édition d'un bulletin d'information comportant entre autres : un calendrier des réunions, une liste des actions et manifestations en cours et à venir, les comptes-rendus des réunions.
Des bulletins d'adhésion et de renouvellement d'adhésion sont prévus pour septembre 2006.
Notre détermination est plus que jamais à l'ordre du jour.
Citoyennement vôtre.

Commenter cet article