Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par P. GEORGE

Personnellement, je trouve que cela ne sent pas bon en Italie, au propre comme au figuré. Il faut rappeler que le problème des déchets à Naples n'est pas du aux défenseurs de l'environnement, mais à l'incurie et à la lâcheté des hommes politiques italiens ainsi qu'aux trafics de la mafia. Transformer les défenseurs de l'environnement en délinquants et les envoyer en prison, même M. PONCELET n'aurait pas osé. Encore que, ... , l'idée l'a peut-être effleuré ?


Suit l'article de Enviro2B


A l'occasion de son premier conseil des ministres mercredi dans la ville de Naples, Silvio Berlusconi a pris un certain nombre de mesures destinées à enrayée la crise des déchets en Campanie.


A l'occasion de son premier conseil des ministres mercredi dans la ville de Naples, Silvio Berlusconi a pris un certain nombre de mesures destinées à enrayée la crise des déchets en Campanie.


Une des principales mesures prises par le gouvernement de Silvio Berlusconi est la nomination de Guido Bertolaso, actuel directeur de la sécurité civile, au poste de secrétaire d'Etat chargé des ordures et dont la mission exclusive sera la résolution de ce problème de déchets dans la région de Naples.

Par ailleurs, le gouvernement a adopté une disposition visant à l'ouverture de cinq nouvelles décharges dans la région et dont les emplacements seront connus dans les prochains jours. En outre, "les sites et les usines liés à la gestion des déchets seront déclarés zones d'intérêt stratégique national, devenant en pratique des zones militaires et seront gardés par des membres des forces armées qui en garantiront la protection absolue".

200 médecins "sentinelles"

"Il Cavaliere" précise que "les actions de blocage ne seront plus tolérées". Ainsi, toute personne qui incite aux "désordres" contre la création des décharges risque désormais jusqu'à 5 ans de prison. Ceux qui perturbent ou empêchent leur aménagement, de 3 mois à 1 an de prison.

Enfin, le déploiement de 200 médecins "sentinelles" pour surveiller la situation sanitaire a été confirmée lors de ce conseil.

© 2008 Enviro2B - Tous droits réservés © 2008 Enviro2B - Tous droits réservés

Commenter cet article