Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association ACCID

ACCID est une association loi 1901 qui a pour but de s'opposer à l'implantation d'un Centre de Stockage de Déchets Ultimes ou à tout autre type de décharge ou de stockages contrôlés

Clin d'œil : On les appelle les "décroissants" (Vosges Matin)

Hélène Bouaziz, son compagnon Stéphane Maimbourg et leurs trois enfants ont choisi d'adopter un mode de vie qui défend la réduction de la consommation. Sensé et intéressant.



Rien ne paraît distinguer ce jeune couple, installé dans un petit pavillon de Chaumousey, d'un autre. Trois enfants à charge dont des jumeaux de cinq mois, un chien, un lapin… Pas de poisson rouge mais une farouche volonté de faire du bien à la planète. Et surtout de stopper une infernale course à la consommation. Alors depuis quelques années, tous deux militent pour un autre système de vie, inspiré du mouvement dit des "décroissants".

"C 'est tout simplement un mode de vie basé sur la réduction de la consommation, que ce soit en énergie, en alimentation… Afin de consommer de façon durable", explique Hélène Bouaziz, la jeune maman. Depuis toute gamine, elle s'intéresse de près à la protection de l'environnement. Alors ce mode de vie défendu par des personnalités comme le politologue Paul Ariès (voir par ailleurs), l'a séduit. Tout comme son compagnon, technicien à la Trane.

Pour autant, les nouveaux parents ne vivent pas dans une hutte, en forêt et sans électricité. Ils n'ont rien de babas cool écolos ringards. On pourrait plutôt parler d'alter-consommateurs qui ont choisi de consommer moins pour polluer moins. Certes, ils dérangent et sont encore parfois regardés de travers mais leurs astuces pour y arriver sont bien souvent censées et accessibles à nombre d'entre nous. Et c'est là où ça devient intéressant car ce mode de vie qui tend à se développer, peut toucher M. tout le monde.

Côté chauffage, comme ils louent, ils se chauffent au gaz. " On préférerait le bois mais en attendant on chauffe juste à 19°, c'est déjà un geste pour la planète."

Dépôt-vente et récup

Dans le salon, Akim, 6 ans, dessine. "On a choisi de ne pas avoir de télé, les enfants sont plus créatifs." Pour autant, ils ne renient pas la modernité puisqu'un ordinateur est disponible pour les besoins de la famille. Quant au téléphone, portable, il sert juste pour le boulot de monsieur et très loin de l'oreille.

Côté cuisine, le couple s'attache à manger bio mais surtout à acheter local. "Je privilégie les commerces de proximité que je connais et des artisans locaux. Pour les fruits et légumes, on fait notre potager et pour la viande, je viens d'acheter par exemple du bison à des amis de Vioménil. Ce sont des produits sains et beaucoup moins chers que dans la grande distribution."

Dans les cosys récupérés à des amis, Elouan et Selma, les jumeaux gazouillent, en attendant le biberon. En verre s'il vous plaît. Les couches, elles, sont lavables et 100 % coton. "Ça revient à 150 euros par enfant pour trois mois, c'est avantageux", note Hélène Bouaziz qui n'a pas hésité une seule seconde quand les deux bébés sont nés. "On dépense tellement d'argent pour rien que si on fait attention sur certaines choses futiles, on peut vivre bien et à petits prix."

La maman pratique le dépôt-vente et la récupération tant sur le plan vestimentaire que dans le mobilier. Le canapé a été conçu avec des palettes glanées à droite et à gauche. Les armoires sont faites maisons, également en bois de récup par le papa. Et pourtant, le petit intérieur est chaleureux, confortable avec tout le nécessaire pour vivre.

Rideaux colorés aux fenêtres, plantes vertes, tonnes de livres et de CD pour tout le petit monde. Quant au matériel comme l'aspirateur ou la voiture familiale, on privilégie le solide même si le look n'est pas tendance. " À long terme, c'est un véritable investissement", glisse la jeune femme devant son vieux Miele aspirant et une paire de Docksides tout en cuir réalisée par un petit artisan du coin.

Côté ménage, là aussi on ruse d'astuces et surtout de conseils simples empruntés à nos grands-mères pour nettoyer. " Rien ne vaut le bicarbonate de sodium et le bon vieux vinaigre blanc", clame la ménagère. Les déchets sont directement mis au compost pour le jardin. "Avec tout ce que l'on économise, on peut s'offrir des bonnes choses, aller dans des festivals, rencontrer du monde et on vit bien. Quoi demander de plus ? C'est à nous de nous responsabiliser et de montrer que c'est possible. Cela démontre que c'est accessible à tous."

Un nouveau mode de consommation encore embryonnaire mais qui semble séduire de plus en plus de monde et pourrait se développer à l'avenir dans une Europe de plus en plus verte.

 

Sabine LESUR

slesur@vosgesmatin.fr


Vosges Matin - 15 juin 2009
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article