Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID


Par sa bouche arrière le broyeur crache l'agrégat pulvérisé.

Engager vivement les foyers à perfectionner le tri des déchets, c'est l'objectif mené par les responsables des structures de collecte.

Mais ouvrir les portes d'une déchetterie, c'est concentrer les matières les plus diverses qu'il faut ensuite orienter régulièrement dans de bonnes directions car on ne peu pas faire que du stockage.

Le président du Sicotral, M. Antoine et son bureau, sont donc en permanence à la recherche de débouchés, et en cette période automnale, les branchages remplissent les bennes à vitesse accélérée : c'est un déchet très volumineux qu'il faut donc savoir traiter rapidement.

Le syndicat intercommunal a réussi à trouver un utilisateur judicieux et établi avec lui une convention, aussi cette formule tout à fait originale mérite-t-elle vraiment d'être connue.

Comme les eaux terrestres s'évaporent pour former des nuages, lesquels nous restituent cette eau en averses bienfaisantes, eh bien la terre qui fait pousser les végétaux va les retrouver pour s'enrichir elle-même.

C'est ce que Philippe Perrein, exploitant agricole à Bouxières-aux-Bois a bien compris et réalise actuellement à grande échelle : le Sicotral lui fournit les branchages sur une aire locale de stockage et lorsque ce stock est suffisamment important, l'agriculteur vient avec un broyeur de végétaux (une énorme machine munie d'un rotor à marteaux mobiles que la CUMA vosgienne "Vert-Futur" a acquise pour ses adhérents (ils sont 6 dans le département à pratiquer cette opération).

Grâce à un chargeur à griffes, le ventre du broyeur est alimenté et il pulvérise le végétal craché à l'arrière sous forme d'agrégat noirâtre pulvérisé mais contenant encore quelques lamelles de bois qui vont être précieuses par la suite.

Les deux camions à benne du Sicotral effectuent au fur et à mesure le transport de cet agrégat jusqu'aux terres cultivables de M.Perrein. Là, il est déchargé en andains que l'agriculteur retournera régulièrement pour réaliser une bonne aération de ce compost, facilitée par la présence des lamelles non broyées.

En fermentant, ces andains accumulent de la chaleur et dégagent une bonne odeur de sous-bois, tandis que les graines qu'ils contiennent sont détruites et ne pourront pas germer sur les terres lorsque les andains seront étalés.

Le compost que l'on peut faire chez soi au fond de son jardin se réalise ici à très grande échelle et l'exploitant remplace ainsi les engrais chimiques par un produit organique hautement naturel.

Voilà une très belle initiative à laquelle le Sicotral apporte sa pierre : alors n'hésitez pas à lui apporter vos branchages !

Vosges Matin - 08/11/2009

Commenter cet article