Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Depuis plusieurs semaines, les représentants de Villers Services multiplient les annonces optimistes sur le dossier de l'écopôle de La Vallasse à Montblanc dans l'Hérault (Abeille du 18 mai 2010, République du Centre du 19 juin 2010), allant jusqu'à considérer l'autorisation préfectorale comme un fait acquis.

Nous serons désormais vite fixés, l'étude du dossier de l'écopôle de La Vallasse ayant été mis à l'ordre du jour du CODERST de l'Hérault du 24 juin 2010.

En régle générale, la décision préfectorale suit de très près (une à deux semaines) l'avis du CODERST, et le préfet suit quasiment systématiquement l'avis favorable ou défavorable rendu par cet organisme.

Cela s'explique facilement quand on connaît le mode de fonctionnement du CODERST. Le dossier instruit par l'organisme instructeur (DRIRE, DREAL, inspection des installations classées) est présenté aux membres au CODERST avec un avis favorable ou défavorable, et même un projet d'arrêté préfectoral. Au cours de la réunion, seul l'industriel et, si nécessaire, le maire de la commune, sont invités et peuvent s'exprimer.

En fait, dans la majorité des cas, le CODERST approuve les conclusions de l'organisme qui a instruit le dossier.

Par exemple, à Bathelémont (Meurthe-et-Moselle), les conclusions de l'instruction étaient négatives et l'arrêté présenté au CODERST était un arrêté de refus. Le CODERST a donc voté logiquement contre le projet de la COVED / Villers Services.

A Pierraumont (Vosges), par contre, malgré l'avis favorable rendu par l'inspection des Installations Classées le 8 juin 2008, le CODERST a voté contre le projet SITA. Le préfet a alors heureusement et logiquement suivi cet avis et prononcé un avis de refus.

 

SITA pierraumont 1

 

  SITA pierraumont 2

 

Ce cas est suffisament rare pour souligner le courage et l'indépendance des membres du CODERST des Vosges lors de cette réunion en 2008.

L'optimisme affiché par l'entreprise Villers Services ne peut s'expliquer que parce que l'organisme, qui a instruit le dossier de l'écopôle de La Vallasse, a rendu un avis favorable au projet, et que, en toute logicque, c'est cet avis qui va être présenté le 24 juin au CODERST. A 4 jours de la réunion, cela fait longtemps que les jeux sont faits, et le projet d'arrêté préfectoral rédigé.

Seul espoir pour les opposants à ce projet :  convaincre avant le 24 juin les membres du CODERST de ne pas suivre cet avis et de voter contre le projet démesuré de l'entreprise Villers Services. Le CODERST des Vosges l'a fait en Juin 2008, pourquoi le CODERST de l'Hérault n'oserait-il pas en Juin 2010 ? Il est grand temps pour les hommes politique de l'Hérault de se positionner pour ou contre le projet de l'écopôle de La Vallasse. Il est essentiel de rappeler que même si la commission d'enquête publique a émis un avis favorable à ce projet, elle l'a conditionné à des aménagements routiers. Le conseil général de l'Hérault ayant la totale compétence pour les aménagements routiers, seul un accord entre le CG34 et la société Villers Services sur les travaux à effectuer pouvait permettre de lever la réserve de la commission d'enquête publique.

En tout cas, en ce jeudi 24 Juin, tous les regards des opposants à l'entreprise Villers Services, à Robécourt, à Boismorand, à Grisolles, à Vic de Chassenay, ... seront tournés vers l'Hérault.

Commenter cet article