Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Remarque préalable : les bioréacteurs (BRS : Bio-Réacteur Stabilisateur) sont aussi utilisés à l'usine AMETYST à Montpellier, en amont du processus de Méthanisation. En fait, le BRS fait parti de ce que l'on appelle le TMB (Tri Mécano-Biologique). Il n'y a pas de différence fondamentale entre le principe de l'écopôle de La Vallasse à Montblanc et celui retenu pour Maxival. D'un coté, une presse extrudeuse, de l'autre du TMB. D'un coté, de la méthanisation, de l'autre du compostage. Dans tous les cas, la qualité du compost produit dépend de la qualité des déchets qui arrivent. Le TMB ou le presse extrudeuse permet de traiter des déchets fermentescibles non triés. Dans ce cas, malgré le tri, le compost produit est souvent de piètre qualité. A noter que très récemment, l'ADEME a rendu un avis très réservé sur les traitements TMB ou équivalent, se refusant à le soutenir financièrement. Seule une collecte sélective des déchets fermentescibles permet d'obtenir un compost de grande qualité, que ce soit par compostage ou méthanisation.

 

ademe TMB

brs

De nos poubelles aux plaines du Pays Haut, les déchets accèdent à une seconde vie.

Le syndicat mixte du Traitement des ordures ménagères de Villerupt (SMTOM) innove en implantant à Villers-la-Montagne, Maxival, le premier centre de traitement multifonctionnel des déchets du Grand Est. «  Un projet pour lequel nous avons bataillé depuis 2003 car nous étions farouchement opposés à l’incinération », explique Laurent Righi, président du SMTOM.

Cette unité de 12 000 m 2, à la pointe de la technologie permettra de traiter les déchets de 81 communes (75 en Meurthe-et-Moselle, 1 en Meuse et 5 en Moselle), pour un total de près de 120 000 habitants. Le SNTOM, propriétaire du site a investi 24 millions d’euros pour sa construction. L’exploitation de Maxival a été confiée à l’entreprise Barisien pour 15 ans.

L’innovation réside dans le traitement multifonctionnel des 45 000 tonnes de déchets (issus du tri, des ordures ménagères brutes et des déchets verts) que le SMTOM traite annuellement.

En clair, le nouveau centre Maxival, qui entrera en production le 1 er juillet, s’articule autour de quatre pôles.

Une déchetterie réservée aux particuliers. Un centre de tri des objets encombrants et déchets industriels banals (DIB) dont les matières valorisables seront triées et dirigées en filières de recyclage.

Un centre de tri des emballages ménagers, d’une capacité de stockage de 400 m 3 doté d’un système de séparation mécanique qui permettra l’extraction de la fraction fine de ces déchets et le tri manuel en deux flux séparant les corps plats (journaux, papiers, magazines) des corps creux, comme les bouteilles plastiques et briques alimentaires.

Du compost en sortie de chaîne

Les ordures ménagères brutes bénéficient d’un traitement spécifique. «  L’objectif de Maxival étant de récupérer la partie fermentescible de nos déchets non triés pour la rendre valorisable à 56 % », explique Alain Cordier, PDG de Barisien. Après avoir été séparés par un système de tri granulométrique les déchets valorisables sont dirigés vers un bioréacteur stabilisateur. Un tube de 48 m de long et 4 mètres de diamètre dans lequel les déchets avancent pendant 48 heures au rythme d’un mètre par heure à une température de 70° avant d’en ressortir en une matière organique dégradée, qui poursuit sa fermentation dans des boxes durant quatre semaines avant d’être mélangée à 50 % a des déchets verts broyés. Pour devenir au final du compost et des amendements agricoles, 12 000 tonnes devraient être produites par an sur le site et revendus aux coopératives agricoles de la région.

Stéphanie SCHMITT

Vosges Matin - 18/06/2010

Barisien inaugure l’espace Maxival à Villers-la-Montagne

 
Le spécialiste de la collecte, du transport, du traitement, de la valorisation et du recyclage de tous types de déchet (ordures ménagères, déchets industriels, déchets verts, etc.) du Nord-Est de la France a inauguré le 17 juin l’espace Maxival à Villers-la-Montagne (54). D’une superficie totale de 6 ha, ce centre de traitement multifilières de déchets s’articule autour de quatre pôles : une déchetterie, un process de valorisation des objets encombrants et des DIB (déchets industriels banals), un centre de tri des emballages ménagers et une unité de valorisation des OMR (ordures ménagères résiduelles), laquelle est décomposée en quatre parties : un trommel, un BRS (bioréacteur-stabilisateur), une tour d’affinage et une unité de compostage.

Représentant un investissement de 24 millions d’euros, ce centre est la propriété du SMTOM (Syndicat mixte traitement Oodures Ménagères) du Pays-Haut (81 communes, 117 000 habitants). Il sera mis en service par Barisien courant juillet pour une exploitation de 15 ans. Cette nouvelle installation a été configurée pour traiter 45 000 t de déchets par an. Démarrés en octobre 2008, les travaux ont duré près de 18 mois (dont 121 jours d’intempéries). Ils ont été menés à la fois par des grands groupes nationaux (Eurovia, Spie Batignolles) et par des entreprises lorraines. « Ce centre de valorisation des déchets doit servir de vitrine. Il doit être visité par les professionnels bien sûr, mais aussi par les particuliers et les scolaires », fait savoir Alain Cordier, Pdg de Barisien. Et de conclure : « Nous avons rassemblé à Villers-la-Montagne les meilleures techniques dans le domaine du traitement des déchets rencontrées en Europe. Nous souhaiterions désormais que ce modèle puisse s’exporter, en France ou à l’international. 

Commenter cet article