Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

 

neufchateau trainA Neufchâteau, les opérations de relevage des trois wagons remplis de produits chimiques couchés sur les voies depuis samedi (nos précédentes éditions) ont commencé, faisant entrevoir le retour du trafic ferroviaire pour la fin de semaine.

L'opération délicate de pompage et d'évacuation des produits dangereux est désormais achevée. Les deux cuves contenant du phénol ont été vidées dans des wagons citernes durant la nuit de lundi à mardi. " C'est une affaire terminée par l'entreprise allemande BASF à 23 h 30", précise le sous-préfet Marc Tochon. Outre la SNCF, trois entreprises ont travaillé sur cette opération : la Novatex (fournisseur des produits chimiques), la BASF (cliente) et la Société Chimique Roussillon.

Vers 10 h, hier, a commencé le transvasement dans un camion-citerne du troisième et dernier wagon. " On s'attaque ce matin au pompage de la cuve d'anhydride acétique. Une fois que cela sera terminé, on pourra commencer l'opération de relevage des wagons", a expliqué le sous-préfet.

Pour préparer cette opération, les spécialistes de l'entreprise BASF ont vérifié que les wagons renversés n'avaient aucune fuite et ne cachaient pas une éventuelle pollution. Car " on ne savait pas jusqu'à présent ce qu'il pouvait y avoir en dessous", a rappelé le colonel Faure, directeur du SDIS.

Alain Autruffe, directeur régional SNCF de Lorraine, décrit le déroulement de la suite des événements : " On va réaliser un relevage avec des grues routières. Au moins deux des wagons ne sont pas en état de circuler sur une voie ferrée et seront déposés sur des camions porte chars pour les évacuer par la route. L'opération durera entre 24 et 30 heures."

En fin de matinée, une première grue est arrivée, un engin de 72 tonnes pouvant en soulever 250. Elle a été rejointe par une autre en fin d'après-midi. Il a fallu poser des blocs de béton pour stabiliser les deux engins. Un wagon devait être relevé dans la nuit, permettant aux autres de suivre le même chemin.

" La voie en amont du train est sérieusement abîmée, souligne Alain Autruffe, elle est en réparation depuis deux jours. A la fin du relevage, il faudra aussi réparer la partie sur laquelle les wagons sont actuellement couchés. Pour la réouverture de la ligne on se fixe l'objectif de vendredi."

Vosges Matin - 27/05/2010

 

Pompage des produits chimiques en cours

 

Une avarie mécanique sur un wagon. Selon un communiqué diffusé par la préfecture, c'est ce qui aurait causé l'accident ferroviaire qui s'est produit samedi matin au sud de Neufchâteau (notre précédente édition). Une information qui reste au conditionnel tant que l'enquête de gendarmerie et celle de la SNCF ne sont pas terminées.

Pour l'instant, il n'y a qu'une certitude : les quatre wagons de queue d'un train de fret qui se dirigeait vers Woippy près de Metz, se sont couchés sur la voie. Trois d'entre eux transportaient des produits chimiques, du Phénol et de l'Anhydride Acétique. D'où une importante mobilisation des pouvoirs publics depuis le déraillement.

Dimanche, vers 18 h, sous les yeux du préfet des Vosges Dominique Sorain, les opérations de pompage et de récupération des produits chimiques ont commencé. Il s'agit de transvaser ces matières toxiques et dangereuses dans d'autres wagons citernes qui ont été amenés par rail aussi près que possible du convoi accidenté.

Tout cela est organisé et financé par le fabriquant des produits, la société BASF, géant allemand de la chimie. " C'est compliqué, ça prend du temps mais il faut s'armer de patience et faire en sorte que les opérations s'enchaînent les unes après les autres de manière à rouvrir le trafic le plus vite possible dans de bonnes conditions", résume le sous-préfet de Neufchâteau, Marc Tochon.

Dans la nuit de dimanche à lundi, des problèmes de raccordement ont ainsi ralenti le travail qui s'est poursuivi durant toute la journée d'hier. " On espère terminer dans la nuit si on ne rencontre pas d'obstacle technique", a indiqué le sous-préfet de Neufchâteau.

Les secours se sont d'abord attaqués aux deux cuves contenant chacune 55 tonnes de Phénol. " L'une a été vidée et l'autre est en cours. Ensuite on passera au wagon d'Anhydride Acétique". Un wagon plus petit (une trentaine de tonnes) et qui devrait donc être plus rapide à vider. Cela devrait toutefois prendre quand même plusieurs heures.

Il restera encore, ensuite, à procéder au relevage des wagons renversés. Ce qui ne sera pas une partie de plaisir. " Cela prendra a priori entre 24 et 36 heures. Je ne peux pas dire exactement quand le trafic ferroviaire pourra redémarrer mais on s'oriente plutôt vers une reprise d'activité en fin de semaine", précise le représentant de l'Etat.

Techniquement les choses sont complexes mais " pour les riverains et les personnels de permanence, les risques sont très limités. Toutes les dispositions sont prises pour éviter le moindre problème", souligne le sous-préfet qui ajoute : " les risques en termes de santé publique sont totalement maîtrisés aujourd'hui".

Lors de l'accident, une fuite s'était déclarée sur un des wagons. Une fuite qui s'était résorbée d'elle-même. Aucun autre problème n'a été repéré jusqu'à présent.

Toutefois, personne ne sait dans quel état exact sont les parties des citernes en contact avec le sol et le relevage des wagons couchés pourraient cacher des surprises. Le sous-préfet se veut néanmoins rassurant : " Lorsque le relevage interviendra les opérations de nettoyage pourront être assurées à proximité immédiate. Tout est organisé pour qu'il n'y ait aucune fuite de produit dans la nature".

En attendant, tant que l'activité n'est pas redevenue normale le périmètre de sécurité est maintenu sur les lieux de l'accident.

 

Vosges Matin - 25/05/2010

Commenter cet article