Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

À quelques enjambées des frontières du département, Neufchâteau est un pilier dans la plaine. Quel rôle joue vraiment cette ville ?

Le centre hospitalier collabore avec Nancy et Vittel, le tribunal a fermé, les subventions départementales arrivent d'Épinal, la direction départementale de l'Équipement a été rapatriée à Vittel, EDF et France Télécom ont quitté la place, les trains qui démarrent de la gare ne circulent pas dans le reste du département, les lycéens partent à Nancy, la sous-préfecture a été sauvée, et les habitants des communes alentour viennent travailler dans le chef-lieu de canton. Il y a tout et son contraire à Neufchâteau. Alors quelle est véritablement la place de cette ville dans le paysage de la plaine et plus largement, dans le paysage vosgien ?

Si les Néocastriens se sentent pleinement Vosgiens, le maire le premier, on constate tout de même une fuite vers les mégalopoles de la Meurthe-et-Moselle. Pour arrêter la saignée, la Ville prévoit des investissements destinés à garder ses habitants bien au chaud. Parmi ses projets, l'idée de monter un complexe cinéma-bowling, pour que les jeunes trouvent de quoi s'amuser sur place ; l'idée de construire du dur pour les personnes âgées, pour qu'elles aient tous les services dont elles ont besoin en un même lieu ; l'idée aussi d'ouvrir une crèche, pour que les jeunes couples trouvent une réponse à leurs problèmes de garde d'enfants.

Mais il est une donnée que la Ville ne maîtrise pas ou peu, celle de l'emploi. La sinistrose économique qui s'est emparée du secteur il y a quelques années maintenant a fait passer la Ville de 8 700 habitants en 1975 à à peine plus de 7 500 aujourd'hui. Et pendant qu'elle perd des habitants, la Ville perd aussi de l'argent. Moins de taxes qui rentrent, moins de dotation globale de l'État, moins de droits de mutation, c'est toute l'économie qui ralentit.

Pourtant pour résister, Neufchâteau doit rester forte. Dans l'arrondissement, elle fait figure de pilier. Il y a un an, elle a manqué de peu de perdre son sous-préfet. Si une solution miracle n'avait pas été trouvée (enrichir l'arrondissement de deux nouveaux cantons), l'Hôtel de Malte n'aurait plus été qu'un bâtiment administratif parmi d'autres. Le sous-préfet de l'époque, Wassim Kamel, disait que trois éléments étaient indispensables à la survie du secteur : la présence de l'État, la vitalité économique et la cohérence territoriale.

La présence de l'État a pris aujourd'hui le visage de Marc Tochon. La vitalité économique est en déclin. Quant à la cohérence territoriale, l'exode des habitants de la ville vers les départements limitrophes n'est pas très prometteuse.

Dossier réalisé par O. SCHMERBER
Vosges MAtin - 19/02/2010

Commenter cet article