Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

aux sources du parc nov 2010

Brandissant leur bâton de pèlerin, ils arpentent inlassablement la Franche-Comté, la Lorraine et la Champagne-Ardenne pour convaincre. Ils, ce sont les membres de l’association Aux Sources du parc. Militants de la création d’un parc naturel régional à cheval sur les trois régions.

« Le secteur concerné s’étend sur dix communautés de communes. Toutes ont voté leur adhésion à ce projet », signale le Vosgien Fabrice Cahez, le président de l’association. L’espace visé court du sud-ouest des Vosges (Bains-les-Bains, Monthureux-sur-Saône, etc.) au nord de la Haute-Saône (pays jusséen, Passavant-la-Rochère…) en passant par la Haute-Marne (Bourbonne-les-Bains, La Ferté-sur-Amance). Pas question pour les acteurs du projet «  de mettre la nature sous cloche », même s’ils veulent valoriser les atouts environnementaux du secteur défini, tel le massif forestier de Darney.

Michel Désiré, maire de Passavant-la-Rochère, évoque ces animaux emblématiques, dont la présence témoigne d’une biodiversité préservée, comme le chat forestier, l’écrevisse à pieds blancs, le castor, le sonneur à ventre jaune (un crapaud), la cigogne noire… Ouf ! Impossible de tous les citer. Un fil conducteur cependant : la Saône.

Habituellement, la démarche de créer un nouveau parc régional vient logiquement des Régions. Ce sont elles qui proposent à l’Etat de nantir un espace d’un tel label. A la fois pour s’assurer de sa protection et en même temps pour le valoriser.


Convaincre

Dans le cas présent, et c’est bien là la difficulté, l’initiative vient des territoires eux-mêmes. Avec un parti pris avoué : «  Celui de trouver un outil de développement » pour des territoires oubliés. «  Nous savons pertinemment que nos secteurs ne sont pas attractifs pour des grandes entreprises », reconnaît Michel Fournier, président de la communauté de communes du val des Vosges et des maires ruraux vosgiens. Plutôt que de laisser l’ombre de la désertification rurale planer sur leurs secteurs, il fait partie de ces élus locaux qui ont choisi «  de prendre le destin de leur territoire en main ». Avec un constat : «  Quand les gens viennent en vacances chez nous, ils s’étonnent des richesses locales ».

Encore faut-il réussir à attirer ces touristes. « Quand on est situé comme nous en bout de Haute-Saône, de Haute-Marne ou des Vosges, il faut pousser les gens à nous regarder », insiste Michel Fournier. Hors le label « Parc naturel régional » (PNR) est idéal pour cela. D’autant, assurent, les défenseurs du projet «  qu’il ne sera pas usurpé ».

Michel Désiré reprend : « Il n’est pas question pour nous de transformer le secteur en réserve d’Indiens ». Comprenez : les activités humaines et la nature composeront de concert. Avec des retombées économiques espérées (en plus des aides financières inhérentes) et pas seulement liées au tourisme. A l’exemple de la valorisation de produits du terroir qui bénéficieront indirectement de ce label PNR.


Reste beaucoup de travail avant d’en arriver là. Et d’abord « convaincre » ceux qui «  pourront porter réellement le projet », à savoir les conseils régionaux. Avec un argument massue : un parc régional naturel contre la désertification rurale.

Isabelle GERARD
Vosges Matin - 10/11/2010
1ère assemblée générale de l’association « Aux sources du parc », ce mardi 9 novembre, à 20 h 30, à Demangevelle (Haute-Saône), salle Jacqueline Bordot.

Commenter cet article