Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Dans la nuit du 21 août 2008, un incendie s'est déclaré dans un stock de 30 000 m3 de déchets de bois sur la commune de Saint Cyprien dans la Loire. Le site était auparavant exploité par plusieurs sociétés qui ont traité du matériel contenant du PCB. Après des analyses sur les animaux et l'environnement, une étude va être menée sur des cellules humaines.

 

Le foyer s'est consumé pendant près de 3 mois. De nombreuses communes ont été touchées par la pollution au PCB dont Andézieux-Bouthéon, Bonson, Craintilleux, Saint-Cyprien, Sury-le-Comtal, Veauchette... Un 1er arrêté préfectoral est intervenu le 17 avril 2009 interdisant, dans un rayon de 2 km autour du site de l'entreprise, la consommation des produits de basse-cour, y compris les œufs, et de tous les autres produits issus d'animaux ayant leur parcours sur des terrains situés dans le périmètre concerné et ayant été alimentés avec des végétaux en place ou récoltés sur cette zone après le 21 août 2008. La consommation de gibier chassé sur la zone après le 21 août 2008 sera également interdite. "Cet arrêté intervenant près de 8 mois après l'incendie valide, par ces interdictions, l'hypothèse d'une pollution importante aux PCB", souligne un communiqué des des conseillers régionaux Europe Ecologie Les Verts.

Une étude commandée par la Région

La récente session du conseil régional Rhône-Alpes a voté une étude multi-polluants sur le site de Saint-Cyprien qui sera conduite par la CRIIGEN du professeur Seralini*. Les conseillers régionaux Europe Ecologie Les Verts se "félicitent de cette avancée dans la recherche des conséquences de ce qui se passe à Saint-Cyprien depuis 30 ans environ", une étude qui "rappelle les investigations contradictoires conduites par la CRIIRAD sur le site minier radioactif de Saint-Priest-la-Prugne avec un financement de la Région obtenu sous l'impulsion des écologistes". Pour ces élus, cette étude "permettra de formuler de vraies réponses aux questions des riverains qui sont inquiets quant à l'éventuelle présence de polluants dans leur jardin."

* La Région a attribué une subvention de 12 000 € à l'association Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN)

 

Commenter cet article