Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Le 02 juillet dernier - le dernier jour de l'enquête publique à Villoncourt - alors que l'association ACCID avait fait le déplacement à Villoncourt pour apporter sa contribution à l'enquête publique, et réitérer ainsi, par l'intermédiaire de son président, son opposition au projet SITA au lieu dit à "La Campagne" à Villoncourt, l'entreprise Villers Services organisait en simultané une conférence de presse à Epinal pour annoncer de grands changements dans son projet de Robécourt.

Cette conférence de presse, où quasiment tous les médias vosgiens étaient conviés,  a été accompagnée d'une offensive médiatique sans précédent : site web, Vosges Matin, L'Usine nouvelle, Vosges Télévision, Plaquette de présentation, Radio Magnum, ...

Alors voilà : suite à une prise de conscience - sûrement très récente - que son projet initial (dénommé par la suite Robécourt 1 : centre de tri + traitement / enfouissement de 108 000 tonnes de DIB) était très mauvais (il n'a recueilli pour le moment que des avis très négatifs que ce soit de la Commission Consultative de PDEDMA, lors de l'enquête publique, ou de la part des services administratifs qui ont refusé le permis de construire, ...) et malgré l'entêtement incompréhensible de M. le Préfet des Vosges de rien décider depuis 1 an, l'entreprise Villers Services a annoncé "en grandes pompes" le lancement d'un nouveau projet "écologique et grenello-compatible". C'est à la mode. Ce projet comprend à la fois une partie de méthanisation d'OM et de DIB (Robécourt2) et une partie de méthanisation agricole (Robécourt3).

Concrètement, qu'est ce que cette annonce va changer ? Pour répondre, nous avons regardé, écouté et lu les divers reportages, interviews et plaquettes présentés lors de la conférence du 02 juillet 2010. Beaucoup de contre-vérités, d'affirmation toutes faites et non démontrées, de poncifs, ... Bref, du Villers Services tout craché.

Premier point, malgré tous nos efforts, nous n'avons pas compris si Villers Services maintenait son ancien projet (Robécourt1) et  le complétait par deux nouveaux projets (Robécourt 2 et 3) ou si cette entreprise - abandonnant son premier projet - allait redéposer un seul nouveau dossier qui contienne l'ensemble des équipements (centre de tri, centre d'enfouissement, méthanisation, méthanisation agricole, projet que nous appellerons par la suite Robécourt 1 bis).

De toute façon, cette distinction n'a que des implications juridiques. Ce que prévoie l'entreprise Villers Services, c'est bien un centre de tri, un énorme centre d'enfouissement, une chaine de méthanisation pour les OM et les DIB et une chaine de méthanisation pour les déchets agricoles.

Alors par quel miracle, le projet initial, "vilain petit canard", rejeté de tous, serait devenu un beau cygne "vert", grenello-compatible, utilisant les meilleures technologies ? Villers Services veut nous faire croire que ce changement tient en un seul mot magique : "la Méthanisation".

 

 détails robecourt VS

 

Si nous avons bien compris, "Robécourt 1 bis" serait conçu pour traiter 143 000 tonnes de déchets (OM, DIB & déchets agricoles). Le premier projet "Robécourt 1" était prévu pour traiter 108 150 t de déchets (OM & DIB) (voir tableau ci-après) :

 

robecourt1 tonnage

Le nouveau projet prévoit deux chaines de méthanisation : une pour les OM et DIB pour 20 000 t (10 000 OM et 10 000 DIB fermentescibles), une seconde pour les déchets agricoles (25 000 tonnes). Ces deux chaines n'ont aucun point commun, sauf le traitement du biogaz produit. On peut résumer les apports de déchets :

- ceux de "Robécourt1" moins les 10 000 t d'OM fraiches : 98 000 t

- les 25 000 t de déchets agricoles

- les 10 000 t d'OM fraiches

- les 10 000 t de DIB fermentescibles (peut-être ceux actuellement incinérer à Chaumont et ceux enfouis à Conflans en Jarnisy)

Nous obtenons donc bien 143 000 t de déchets entrants (comme cité par VS dans sa plaquette)
 

Sur ces 143 000 tonnes,


- sur les 98 000 t, "Robécourt 1 " prévoyait de recycler après tri, 13 000 t environ. 85 000 tonnes étaient enfouies.

- 20 000 t seront "pressés" puis méthanisés. Le tonnage de déchets "secs" extrudés est généralement de 60 % (chiffre de VS à Boismorand), ces déchets seront aussi enfouis (en balles), soit 12 000 tonnes supplémentaires à enfouir.

- 25 000 t subiront une méthanisation agricole

A ce stade, 97 000 t de déchets sont enfouies, 8 000 t transformées en "pulpe" puis méthanisées. Or la qualité du digestat produit dépend uniquement de la qualité des déchets entrants. Avec des déchets non triés en entrée (cas de la presse extrudeuse, TMB, ou technologie équivalente), le digestat produit est de mauvaise qualité. C'est pourquoi M. Vraux est très prudent. Nous citons : "Il est nécessaire de faire des analyses pour déterminer si les produits stabilisés biologiquement sont ensuite utilisables en amendement agricole, phase d’identification et de certification du lot". En plus clair, le résultat de ce processus de méthanisation est inutilisable en amendement agricole car il ne répond pas aux normes qui vont de plus se durcir dans les années qui viennent. Seule solution : enfouir le digestat produit avec les autres déchets, au mieux s'en servir comme couverture végétale pour les alvéoles.

Hors méthanisation agricole, nous obtenons donc le chiffre effarant de 105 000 t enfouies sur 118 000 t de déchets OM et DIB traitées. 13 000 t seulement sont recyclées. Soit un taux ridicule de 11 % !! La méthanisation est un procédé fort couteux qui nécessite, pour donner de bons résultats et être rentable, des déchets reçues de très bonne qualité, issus par exemple de collecte séparée des fermentescibles. Ce n'est absolument pas le cas dans ce qui apparaît être le projet de Villers Services.

Reste la méthanisation agricole, perche tendue par Villers Services aux éleveurs pour se donner une "image locale". L'association ACCID n'a rien contre la méthanisation agricole qui nécessite cependant - comme tout processus industriel - beaucoup de précautions comme l'a rappelé l'INERIS récemment. Nous suivons avec attention les vrais projets de méthanisation agricole (à Charmois l'Orgueilleux, en Haute-Saône, en Haute-Marne, ...). Il y en a encore très peu en France. Sa viabilité économique n'est pas encore assurée. Cette technologie ne nécessite ni centre d'enfouissement, ni presse extrudeuse. Dans le cas de Villers Services, ce n'est qu'un alibi pour cacher une énorme montagne de déchets industriels (DIB). Pour les éleveurs vraiment intéressés par cette technologie, nous rappelons l'appel à projet "méthanisation" du ministère de l'Agriculture (DRAAF). Pas besoin de Villers Services pour se lancer dans la méthanisation agricole. Surtout pas.

 

 methanisation draaf 

 

En résumé, le projet "Robécourt 1 bis" ou "Robécourt 1, 2 et 3" est une grande mystification. La méthanisation agricole est juste un alibi pour Villers Services pour se donner une "image locale". La méthanisation des OM et DIB, dans les conditions d'utilisation prévues par VS, est juste un alibi pour se donner "une couleur verte, compatible avec le grenelle de l'environnement". Ce processus sera fort couteux pour ne produire que du digestat de mauvaise qualité. Ne reste que le plus important pour Villers Services, c'est à dire l'enfouissement fort lucratif des déchets industriels DIB. Nous retombons donc sur le premier projet d'enfouissement, sauf que Villers Services va enfouir 105 000 t au lieu de 95 000 tonnes !!! C'est donc effectivement un énorme enjeu économique, non pour les Vosgiens, mais pour l'entreprise Villers Services.

  

Bibliographie :

- Les centres de Traitement Mécano-Biologique (TMB) - FNADE - mai 2009

- le TMB - fiche ADEME

- la Méthanisation - fiche ADEME

- la Méthanisation agricole - fiche ADEME

- INERIS - Focus sur la méthanisation agricole - Février 2010

- INERIS - Etude des risques liés à l’exploitation des méthaniseurs agricoles - N° DRA-07-88414-10586B - Janvier 2008

- Dossier d'appel à projet de Méthanisation agricole - DDRAF - Juillet 2010

  

 Suit le reportage de Vosges Télévision : "Robécourt 2"

 


Nos remerciements à :

MARIE-DANIÈLE ROGOVITZ

mdrogovitz@vosgestelevision.tv

ANNE DIDIER

adidier@vosgestelevision.tv

Commenter cet article