Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association ACCID

ACCID est une association loi 1901 qui a pour but de s'opposer à l'implantation d'un Centre de Stockage de Déchets Ultimes ou à tout autre type de décharge ou de stockages contrôlés

Robécourt : offensive médiatique tous azimuts de l'entreprise Villers Services

usine a gaz VMRobécourt : l’usine à gaz

Leur premier projet de centre de stockage des déchets ultimes à Robécourt est toujours à l’instruction, ne manque que la réponse du préfet. Qu’importe, les représentants de la société Villers services, PME familiale basée à Villers Cotterêts, sont venus hier à Epinal présenter un second projet. A ce sujet, ils emploient le terme de «  refonte du projet de Robécourt ».

Complémentaire du premier, il s’agirait, toujours sur le site de la Fennecière, de donner naissance à un écopôle. Qui a été présenté, expliqué, décortiqué avec moult détails. La société « Trienersys », filiale à 100 % de Villers services, propose d’y valoriser les déchets ménagers, d’une part, les effluents agricoles, d’autre part par le procédé de méthanisation. Ces deux lignes de traitement seraient séparées pour produire, au final, un seul et même gaz. Mais les déchets ménagers - 14 000 tonnes en provenance du secteur de la plaine - produiraient un résidu de matière sèche qu’il faudrait enfouir dans des alvéoles.

La société Trienersys avait, dans un premier temps, pensé transformer ce gaz en électricité pour la revendre à ERDF. «  On s’est rendus compte que ce n’était pas rentable », avoue Jean-Michel Vraux, directeur technique de Villers services. Alors une seconde valorisation possible a germé dans les esprits : une unité de traitement thermique et de séchage du bois. C’est le CRITT-bois qui a répondu à la question : comment utiliser au mieux ce potentiel énergétique ?

Le gaz produit sera donc utilisé sur place. «  Avec la garantie que notre énergie restera à un prix stable », assure Jean-Michel Vraux. En ce qui concerne les agriculteurs, six d’entre eux (Vosges et Haute-Marne) se sont rapprochés de la société Villers services et se sont montrés intéressés.

Mais le projet, qui rentre dans la catégorie des installations classées, nécessite une enquête publique. Les responsables de l’entreprise Villers services assurent qu’ils sont en mesure de déposer le dossier d’ici la fin de l’année. Le coût de ce nouveau projet est de 20 millions d’euros.

L’entreprise pourra toujours s’appuyer sur son expérience car dixit son PDG, Philippe Collard, «  ça fait quarante ans qu’on est dans le déchet ».

Cécilia CHERRIER
Vosges Matin - 03/07/2010

 

Radio Magnum :

02-07-2010

BIOGAZ, TRAITEMENT DES DECHETS, FILIERE BOIS... L'ECOPOLE DE LA FENNECIERE JOUE LA CARTE VERTE A ROBECOURT MALGRE L'OPPOSITION DES HABITANTS

 

methane VS

Les uns parlent d'une forme de pollution supplémentaire, les autres parlent d'un enjeu écologique. On parle aujourd'hui d'éco pôle de la Fennecière, à Robécourt, entre Vosges et Haute-Marne, pour ce qui serait un centre de stockage des déchets ménagers de tri et d'une future usine de méthanisation.

L'industriel Villers Service communique enfin sur ce projet, dont l'objectif serait de produire du biogaz à partir de déchets organiques. ACCID, l'association qui milite contre cette réalisation, y voit une production de résidus supplémentaires. L'industriel, par la voix de son directeur technique, tente de rassurer. Jean-Michel Vrault. (INTERVIEW) Pour l'instant à l'état d'étude, l'enquête publique doit suivre avant une éventuelle validation par le préfet. (François Xavier CANOVA)

 

Villers Services projette d’investir 40 millions dans les Vosges

La société familiale Villers Services à Villers-Cotterêts (Aisne), spécialisée dans la gestion, le traitement et la valorisation des déchets ménagers et industriels banals, projette d’investir dans une unité de méthanisation à Robécourt (Vosges) qui pourrait être opérationnelle d’ici à 2013.

 

Ce site sera doté d’une ligne de méthanisation de la partie fermentescible des déchets ménagers (10 000 tonnes par an) et industriels banals (10 000 tonnes par an également), et d’une ligne de production de gaz issu des effluents agricoles (25 000 tonnes annuelles).

Dans le cadre d’une étude conduite en collaboration avec le CRITT Bois d’Epinal, ce gaz sera exploité localement dans une unité de séchage des sciages des bois destinés à diverses applications : parquets, bardages, mobilier de jardin etc.

L’ensemble de ce programme mobilisera une enveloppe de l’ordre de 38 millions d’euros et générera une trentaine d’emplois directs.


En Lorraine, Pascal Ambrosi
L'Usine Nouvelle - 05 Juillet 2010

 

robecourt VM 02 07 2010

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article