Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

C'était donc vrai. L'entreprise Villers Services serait en train d'étudier et de mettre en place un nouveau projet pour compléter - ou remplacer ? - son projet actuel. En plus du centre de tri et du centre d'enfouissement, nous aurions droit à une usine de méthanisation "mixte", sûrement pour les déchets OM et les déchets agricoles. Il ne nous manquera plus que la torche à plasma et une plate-forme de compostage. Il reste en effet beaucoup de place dans les 130 ha de la clairière de la Fennecière. Nous avons toujours dit que les déchets attiraient les déchets. Accepter un seul projet, c'est - hélas - les accepter tous et pour longtemps.

Dans tous les cas, difficile de se débarrasser de l'entreprise Villers Services. Quand on lui claque la porte au nez, elle passe par la fenêtre. Pire que des sauterelles. Après son passage, il ne restera rien de la clairière "Natura 2000" de 130 ha de La Fennecière.

Nous ne dirons rien sur les sept agriculteurs qui ont accepté de dialoguer avec cette entreprise. La méthanisation agricole est un procédé tout a fait acceptable, voire prometteur. Entre les mains de l'entreprise Villers Services, cela devient forcément une bombe à retardement.

Il y a à peine un an, toute la région, l'Ouest Vosgien s'est opposé à cette entreprise, à son projet et à ses méthodes lors de l'enquête publique de Robécourt, avec le succès que l'on sait. Accepter de discuter aujourd'hui avec Mr COLLARD nous parait inconcevable.

 

Robécourt : une unité de méthanisation à l'étude

Alors qu'un arrêté préfectoral vient de repousser au 16 octobre le délai de réflexion concernant l'implantation d'un centre de stockage de déchets ménagers à Robécourt, un second projet est actuellement en gestation. Le dossier présenté par la société Trienersyes porte sur la création au lieu-dit la Fennecière, d'une unité de méthanisation mixte. Une étude de faisabilité est aujourd'hui en cours afin de mesurer les quantités d'effluents et le volume de matières végétales qui seront nécessaires à la production de biogaz. La semaine dernière, les responsables de Trienersys dont le siège social est situé à Robécourt, ont rencontré sept agriculteurs du secteur retenu. Leurs exploitations sont situées dans un périmètre de vingt kilomètres autour de Fennecière.

Contacté par téléphone, l'un d'eux confiait hier qu'il soutenait toute initiative contribuant à la limitation des émissions de gaz à effet de serre. Seul bémol selon le producteur bio, " il est toujours aussi difficile de concilier maîtrise des effluents et rentabilité des fermes."

A Robécourt, quatre études distinctes sont aujourd'hui menées de front. Si les responsables de Trienersys se refusent pour l'instant à tout commentaire, ils indiquent toutefois que pour être viable une telle infrastructure nécessite des apports constants. Cette question sera de nouveau à l'ordre du jour lors de la réunion qui sera organisée à la mi-juin avec les intéressés. Dans l'hypothèse où les conclusions s'avéreraient positives, le dit projet pourrait alors être validé dès cet automne. Un bon point pour Trienersys ayant récemment reçu l'aval de la préfecture de l'Hérault en vue de la construction d'une unité de méthanisation mixte à Montblanc.

 

Vosges Matin - 19 mai 2010

Commenter cet article