Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Disparition du grand hamster d'Alsace: des associations portent plainte


hamster3STRASBOURG - Alsace nature et quatre autres associations écologistes ont déposé deux recours contre le préfet de la région Alsace sur des projets d'urbanisme dans les zones de survie du grand hamster, un rongeur menacé d'extinction, en dénonçant une gestion "catastrophique" du problème.

"Nous contestons la manière dont le préfet a instruit ces dossiers" qui concernent l'implantation d'une plate-forme d'activités économiques de 120 hectares et d'un important parc d'activités, en pleine "zone de reconquête" du hamster, a déclaré mercredi le président d'Alsace nature, Maurice Wintz, lors d'une conférence de presse.

"Le préfet a décidé unilatéralement que la procédure de consultation des associations écologistes n'avait pas lieu d'être engagée", contrairement aux assurances de la secrétaire d'Etat à l'Environnement Chantal Jouanno en décembre dernier, a-t-il expliqué.

"Nous constatons aujourd'hui qu'il n'y a pas de politique d'Etat pour protéger le hamster, que le préfet décide au coup par coup et qu'il n'y a aucune lisibilité des projets d'urbanisme", estiment les associations qui citent plusieurs autres dossiers délicats en attente.

Le grand hamster d'Alsace est un rongeur en voie d'extinction, protégé depuis 1993, dont il ne resterait que 400 individus, soit 0,1 terrier à l'hectare, alors que le seuil de viabilité est de deux terriers à l'hectare.

Il est menacé à la fois par les opérations d'urbanisme qui grignotent son territoire et par la monoculture du maïs, alors qu'il se nourrit de luzerne et de céréales à paille.

Sa disparition, et le fait que la France n'ait rien fait pour favoriser sa survie vaut à Paris une plainte de Bruxelles devant la Cour européenne de justice pour non assistance à ce mammifère en Alsace, son dernier territoire.

Les cinq associations préconisent un ensemble de mesures dans le domaine scientifique, dans l'aménagement du territoire et pour l'amélioration de la diversité des cultures, dans dix pages de recommandations.

Dressant le constat d'échec de l'"accord-cadre" de novembre 2008 ratifié par Alsace nature, le conseil général du Bas-Rhin, la chambre d'agriculture du département et la communauté urbaine de Strasbourg, elles réclament la création d'une nouvelle structure de concertation.

"Les conséquences de la plainte de Bruxelles, les amendes, les astreintes qui nous menacent sont beaucoup plus chères que les plans que nous proposons", relèvent-elles.

(©AFP / 17 mars 2010 14h30)


L'autoroute de contournement de Strasbourg approuvée par le Conseil d'Etat

hamster2La décision du Conseil d'Etat, à quelques jours du deuxième tour des régionales, a fait un tollé. Le projet autoroutier de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), soutenu par la majorité et vivement contesté par les élus, agriculteurs, associations et citoyens locaux, a été approuvé.

Le GCO est un projet autoroutier de 2 x 2 voies sur 24 kilomètres dont l'objectif est de désengorger le trafic routier dans le centre de Strasbourg.

Le projet, déclaré d'utilité publique il y a 2 ans, avait fait scandale en plein coeur du Grenelle de l'environnement, sensé geler les projets autoroutiers pour privilégier le développement des transports en commun et des transports propres.

Un recours avait été déposé auprès du Conseil d'Etat par le collectif "GCO non merci", constitué d'élus locaux, de citoyens, d'associations de protection de l'environnement et d'agriculteurs pour l'annulation du décret d'utilité publique.

Le GCO désavoué par le rapporteur public

Un rapporteur public mandaté pour statuer sur le projet s'était déclaré favorable à son annulation. Il a notamment soulevé des insuffisances sur les retombées socio-économiques du GCO et la rentabilité du projet, de grosses lacunes dans les études d'impact sur la faune et la flore et l'absence de consultation des Allemands.

Le GCO est fortement contesté car il ne semble pas pouvoir atteindre son objectif principal de désengorgement de Strasbourg, selon l'étude d'un organisme indépendant, le TTK. "La difficulté provient principalement du cisaillement des flux de circulations Nord-Sud et Est-ouest, certains véhicules se retrouvent sur le périphérique de Strasbourg pour quelques centaines de mètres seulement" affirme l'étude.

La majorité municipale à Strasbourg avait également déclaré ce projet non pertinent. "On est à l'envers du développement durable. Il n'est pas raisonnable de répondre aux enjeux d'aujourd'hui avec des réponses d'il y a 25 ans. Inventons autre chose, il faut trouver une manière de se déplacer en dehors de la bagnole !" avait déclaré le maire de Strasbourg Roland Ries.

De lourdes conséquences environnementales

L'impact environnemental du projet est particulièrement négatif, à commencer par l'augmentation du trafic routier, par conséquent de la pollution de l'air dans l'agglomération strasbourgeoise et des émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique.

Le tracé autoroutier est situé en partie sur la zone d'habitat du Grand Hamster d'Alsace, espèce menacée et protégée par la convention de Berne. Le tracé prélèvera également 350 hectares de terres agricoles, constituées de champs de céréales, de vergers, mais aussi de zones boisées et de prairies, favorables à la biodiversité.

Consternation et colère

La décision du Conseil d'Etat, rejetant les requêtes d'annulation du décret d'utilité publique du projet et s'opposant à l'avis du rapporteur public, a provoqué l'indignation des associations, de l'opposition politique et du collectif GCO non merci.

Les Verts Alsace ont dénoncé un projet "coûteux", "inutile", "néfaste". La députée européenne d'Europe écologie Sandrine Bélier a comparé la décision des Sages à "un déni de démocratie" faisant "fi de la mobilisation populaire rassemblant associations, agriculteurs, élus locaux et citoyens".

Le GCO demeure une "mauvaise solution à un vrai problème" s'insurge Alsace Nature, rappelant l'incohérence du GCO "avec les enjeux énergétiques, climatiques, de santé publique et qui réduit à néant les espoirs mis dans le Grenelle de l'environnement". 

L'État envisage de financer le GCO via les collectivités territoriales. Si les Verts et les socialistes obtiennent une majorité à la région dimanche prochain, ils ont d'ores et déjà annoncé qu'ils s'opposeraient à financer le projet.

http://www.hamster-alsace.fr/grand-hamster-dalsace-.html
http://www.hamster-alsace.fr/
http://www.alsacenature.org/content/view/352/273/lang,de/

Grand hamster d'Alsace : la Commission se fâche contre la France
JURIDIQUE - Actu-Environnement.com - 29/06/2009

hamster1La Commission européenne vient de transmettre une plainte à la Cour européenne de justice contre la France pour non respect de ses engagements communautaires en faveur du grand hamster.

Présent au niveau national uniquement en Alsace, le Grand Hamster (rongeur de la taille d'un cochon d'Inde) était connu pour les dégâts importants qu'il pouvait causer aux cultures lors des pics de population durant les années 60. Très longtemps pourchassée et piégée, cette espèce a perdu environ 90% de son aire de répartition depuis le début du 20ème siècle et ne subsiste plus que dans quelques communes aux portes de Strasbourg Si l'on dénombrait plus de 1 000 animaux en 1999, on n'en recenserait plus que 161 en 2007. L'espèce ne bénéficierait que d'un territoire protégé de 3.490 hectares dans la région alors qu'elle aurait besoin d'au moins 240.000 hectares pour survivre.

Les associations de protection de la nature se sont réjouies d'une telle décision et demandent un moratoire sur tous les projets portant atteinte à cette espèce, tant que ses effectifs ne seront pas revenus à des niveaux de populations permettant d'envisager l'avenir plus sereinement.
Au lendemain de cette saisine de la Cour de justice, le Conseil National de Protection de la Nature a été saisi d'une demande d'autorisation de destruction du milieu particulier du grand hamster et de capture d'individus pour un projet d'aménagement, annonce l'association Alsace Nature dans un communiqué.
Ce projet s'ajoute aux dizaines de dossiers d'aménagement concernant les dernières zones à Hamster : Grand Contournement Ouest (CGCO), Rocade Sud, LGV 2nd phase, Eurostadium, regrette l'association.

C.SEGHIER

Pour le maire de Brumath, les défenseurs du hamster bloquent 2000 à 3000 emplois

Le maire de Brumath a fait part aujourd'hui de sa colère après que les défenseurs du grand hamster d'Alsace eurent déposé un recours contre un projet de zone d'activité dans sa commune, nouvel épisode d'une polémique récurrente autour de cette espèce menacée.

«Je suis très remonté, je le vis très mal», a confié Etienne Wolf, maire (UMP) de Brumath, qui a organisé une conférence de presse pour exprimer son mécontentement. «Alors qu'aujourd'hui tout le monde parle de la crise, que nous avons la possibilité de créer 2.000 à 3.000 emplois, on nous bloque parce que soi-disant les terrains seraient favorables au hamster!»

L'élu, qui est également président de la communauté de communes de Brumath, réagissait à un recours annoncé jeudi par cinq associations écologistes, au nom de la défense du grand hamster, contre un projet de construction d'une zone économique de 120 hectares près de Brumath.

Ce rongeur, qui fait partie des mammifères les plus menacés d'extinction en Europe, vaut à la France d'être poursuivie devant la Cour européenne de justice pour n'avoir pas suffisamment pris de mesure pour protéger son habitat naturel.

L'animal est devenu tellement rare qu'à Brumath ses défenseurs n'ont pas pu attester la présence d'un seul individu sur les 120 ha de terrain agricole concernés appelé à devenir une zone d'activité.

Mais sur cette superficie, «20 hectares sont considérés comme favorables au hamster, et pour enrayer sa disparition, les pouvoirs publics doivent absolument protéger ces terrains», a expliqué à l'AFP Maurice Wintz, le président d'Alsace nature, une des associations ayant déposé le recours au tribunal administratif.

«Nous ne sommes pas contre la zone économique dans son principe, nous n'avons pas déclaré la guerre, nous disons simplement que les pouvoirs publics doivent faire attention à cette question, et éventuellement prévoir des mesures compensatoires pour le hamster», a-t-il ajouté. Face aux passions autour du hamster, la secrétaire d'Etat à l'Environnement Chantal Jouanno avait dû annuler à deux reprises, fin 2009, un déplacement en Alsace, par crainte d'un accueil houleux des agriculteurs qui renâclent face aux mesures favorables au rongeur. Elle les avait reçus plus tard à Paris.

DNA - 18/03/2010

Commenter cet article