Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

nestle 05 03Un référendum sera mis en place les 12 et 13 mars parmi l'effectif de Nestlé Waters afin d'adopter ou non le nouveau statut présenté par la direction.

La fusion des deux unités de production d'eaux minérales Vittel et Contrexéville en 2005 imposait de créer un nouveau statut commun aux salariés des deux sites. Après de nombreuses réunions entre la direction et les représentants syndicaux, 108 pages apparaissent sur la table juste avant la date butoir du 15 mars coïncidant avec la fin d'une période de négociations autorisée par les autorités légales.

Les deux syndicats majoritaires CGT (51 %) et CFDT (42 %), accompagnés de la CGC ont informé les salariés des différentes équipes sur les modifications imposées par le nouveau statut. De concert, les délégués syndicaux ont décidé d'instaurer un référendum vendredi 12 et samedi 13 mars afin de rendre une réponse positive ou négative à la signature du nouveau statut.

Une marge de manœuvre étroite

La marge de manœuvre des salariés semble étroite avec le spectre d'une convention collective nationale moins avantageuse en cas de refus. "Parmi les questions qui préoccupent les employés des usines Nestlé Waters Vosges figure la réduction du temps de pause. Cette remarque intéresse au plus haut point les opérateurs en poste sur les machines. Le temps de pause se trouve ainsi réduit de 70 à 40 minutes, explique Eric Pery, délégué CFDT sachant pertinemment que la situation est délicate, le problème réside dans deux directions. Si nous ne signons pas, la convention collective est encore moins avantageuse avec seulement 30 minutes de pause. De plus, dans le cadre d'une restructuration économique, Nestlé Waters est en droit de réduire le temps de pause."

C'est donc dans un climat réceptif et légèrement tendu que les salariés ont écouté les grandes lignes du projet de statut. Durant une heure trente, les deux syndicats majoritaires ont informé le personnel des modifications importantes figurant sur la nouvelle mouture statutaire.

"Je regrette seulement que les avancées obtenues lors des négociations l'ont été seulement lors des trois dernières semaines alors que nous sommes en négociations depuis prés de cinq ans,
remarque Stéphane Cachet, délégué CGT, et la direction a pratiqué régulièrement le chantage notamment par rapport au déficit de l'année 2009 oscillant, d'après elle, autour de 20 millions d'euros."

Un engagement sur les 15 ans à venir

L'information des salariés s'achève ce soir avec les équipes travaillant le week-end. "Chacun aura ainsi une semaine pour s'informer et absorber les différentes clauses du statut. Nous informerons les travailleurs en répondant à leurs questions tout au long de ces huit jours. Il n'a jamais été question pour nous d'imposer notre point de vue et le résultat du vote engagera l'entreprise pour les 15 ou 20 ans à venir. De plus, le nouveau statut est plus pénalisant pour certains, notamment les permanents de nuit qui passent en 3X8 heures. Il existe beaucoup de cas différents dans l'entreprise et la décision sera difficile", ajoute Stéphane Cachet convaincu que la décision finale n'est pas encore acquise malgré le choix limité des salariés.

E. NURDIN

Vosges Matin - 05/03/2010

Commenter cet article