Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Pourquoi parler ce soir de Rodez ? Parce que c'est un des premier cas d'application de la modification de la nomenclature des ICPE, en particulier de celles traitant les déchets. Le 13 avril 2010, en même temps que le décret introduisant le nouveau régime d'enregistrement dans la nomenclature des ICPE, paraissait un autre décret modificatif de la nomenclature. Mais ce deuxième visait, pour sa part, les rubriques relatives aux déchets.

Voir Article et décret.

 

rodez quai de transfert

 

Rodez. Le quai de transfert des déchets sera bien chez Véolia

Le Comité départemental des risques sanitaires et technologiques (CODERST) a tranché. Hier après-midi, il a donné un avis favorable pour l'installation du quai de transfert provisoire des déchets ménagers du grand Rodez sur le site de l'entreprise Véolia, à Sébazac. Et ce, malgré la mobilisation sans relâche des habitants de cette commune qui, regroupés dans un collectif, enchaînent les manifestations depuis quelques semaines. Hier encore, ils étaient plus de 170, dont une cinquantaine venue à pieds, à crier et chanter leur mécontentement devant la préfecture à grand renfort de casseroles, tambourins, sifflets et pétards. Leurs cibles : Véolia et le Syndicat départemental des ordures ménagères (Sydom). « Ils nous ont trahi ; le site n'avait pas vocation à accueillir des déchets ménagers », a répété le maire, Florence Cayla. Leur revendication : l'abandon de ce projet qui causerait des nuisances parmi lesquelles une augmentation du trafic routier dans la rue principale du bourg. « Lundi, nous avons fait un comptage entre 6 heures et 20 heures. Résultat : 7 516 véhicules légers et 265 poids lourds ! », a indiqué le collectif.

Mais depuis le 13 avril, la donne a changé. Un décret soumet l'activité des quais de transfert à une simple déclaration. C'est pourquoi le CODERST s'est réuni hier. L'avis favorable qu'il a donné pour l'installation du quai est assorti de trois conditions : une durée limitée à 18 mois, soit un arrêt au 31 décembre 2011 ; un aménagement des modalités et horaires de passage des camions en fonction des horaires de l'école ; et un tonnage maximum de déchets autorisé fixé à 17 700 tonnes.

La Depeche - 28/04/2010
 

600 Sébazacois ont causé un bouchon monstre

RAPPEL : Le collectif organisait, hier soir, une manifestation pour exprimer son refus du passage dans la cité des camions de Veolia, appelés à déverser leurs déchets au futur quai de transfert de la route de Villecomtal

Ils voulaient se faire connaître en organisant une manifestation un vendredi soir, « après le travail, afin de permettre à un plus grand nombre d'exprimer leur désaccord. » Les membres du collectif contre le passage dans Sébazac des camions de Veolia appelés à déverser leurs déchets au futur quai de transfert de la route de Villecomtal ont réussi leur coup au-delà de toutes espérances, hier en fin d'après-midi.

« Nous sommes six cents, soit davantage que lors des deux précédentes manifestations organisées le matin , constatait Joseph Rouzé. Et en plus, nous touchons des quarantenaires là où, jusqu'alors, nous avions réuni beaucoup de retraités. » Venant après une pétition de 1 500 signatures « d e Sébazacois appelant au secours Mme la Préfète », cette démonstration de force a confirmé l'imposante mobilisation de la population et l'intensité de son refus. En battant le pavé entre les ronds-points de l'Estreniol et celui du Causse, les manifestants ont causé un bouchon monstre s'étirant du Bowling à Lioujas. Sûr que les automobilistes pris au piège s'en rappelleront. Pas forcément Mme la Préfète. Selon Florence Cayla, la maire de Sébazac, présente dans la manifestation quelques heures après avoir été reçue par Danièle Polvé-Montmasson, « elle ne m'a pas paru réceptive. Elle m'a surtout donné l'impression de vouloir à tout prix trouver une solution d'ici au 17 mai (date de la fermeture du site du Burgas à Sainte-Radegonde). »

La Depeche - 24/04/2010

Commenter cet article