Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visiteurs

ACCID - Association loi 1901   Plus de 150 adhérents ... pour 2013

Publié par ACCID

Photo : mon43.fr

Photo : mon43.fr

C'est avec « une grande fierté » que le député de la deuxième circonscription de Haute-Loire, Jean-Pierre Vigier, a annoncé, ce vendredi 31 mai, l'abandon du projet de centre d’enfouissement des déchets sur le plateau de Cayres-Séneujols par la société SITA.

C'est en présence du directeur général de SITA Centre Est, Stéphane Leterrier, que Jean-Pierre Vigier, député de la deuxième circonscription de Haute-Loire, a annoncé avec « une grande fierté, la fin du projet de centre d'enfouissement des déchets sur le plateau de Cayres ». La société SITA a en effet jeté l'éponge. Une décision qui entraîne également l'arrêt de l'acquisition des terrains et la remise en état du site.

SITA : « Nous avons entendu les élus »

« En dépit de toute légitimité de notre dossier, tant sur le plan réglementaire que sur la pertinence de la réponse aux besoins du territoire dans le contexte précédent, nous avons entendu
la volonté affirmée des élus ». C'est par ces mots que Stéphane Leterrier a annoncé l'abandon du projet de SITA. Un courrier de désistement concernant la demande d'autorisation d'exploiter a de ce fait été envoyé au préfet de la Haute-Loire. Une décision qui réjouit notamment Michel Decolin, vice-président du Conseil général de la Haute-Loire : « C'est l'objectivité du député et la sagesse de SITA qui ont permis d'arriver à ce résultat ».

Le projet Altriom décisif

Bataillant depuis 2009 pour faire aboutir ce projet, la société SITA a finalement enterré ses velléités, mais pour quelles raisons ? Hormis le fait d'avoir entendu la volonté des élus et d'avoir « noué un dialogue constructif » avec eux, Stéphane Letterrier explique : « Un arrêté préfectoral ayant été délivré début avril pour le projet Altriom, l'utilité d'une installation de stockage de déchets n'est en effet plus à l'ordre du jour, car les performances annoncées de cette installation ne justifient plus la création de capacités de stockage supplémentaires ».

Le cas de Saint-Beauzire

Le tri et la valorisation des déchets étaient un des thèmes forts de la campagne du député Jean-Pierre Vigier lors des élections législatives de 2012. S'il peut désormais effacer de son ardoise le projet de centre d'enfouissement de Cayres, qu'en est-il de celui de Saint-Beauzire ? « Je vais mettre autant de force dans ce dossier, pour aboutir au même résultat », prévient-il. « Sur cette circonscription, il n'y a pas besoin d'un centre d'enfouissement. Des outils existent déjà, mais ils ne fonctionnent pas à 100 %… Utilisons les d'abord avant d'en créer d'autres ».

Cayres (Haute-Loire) : SITA enterre son projet de centre d'enfouissement des déchets (mon43.fr)

Sita abandonne son projet à Cayres

La direction du groupe Sita vient d'annoncer le retrait de son projet de centre d'enfouissement de déchets à Cayres-Séneujols ce vendredi midi.

La société Sita a annoncé de ce vendredi 31 mai 2013 qu'elle retirait son projet de centre de stockage de déchets non dangereux sur le site du Petit Ronzet, à Cayres et Séneujols. Accompagné du député de la circonscription Le Puy-Brioude, Jean-Pierre Vigier (apparenté UMP) élu en juin 2012, Stéphane Leterrier, le directeur général de Sita Centre Est, l'a annoncé à la presse peu avant midi. L'entreprise, filiale de Suez environnement, n'envisage plus l'acquisition de foncier localement, ce qui met fin à son litige avec la famille Vialla, propriétaire d'une partie du site convoité, qui voulait se rétracter de l'accord qu'elle avait signé.

Un dialogue d'un an
Le projet avait été lancé en 2009. Malgré les oppositions, du collectif PPVV (Préservons le plateau du Velay volcanique) et progressivement des élus locaux, malgré les poursuites judiciaires sur divers fronts, Sita tenait bon et persévérait. Même quand le projet alternatif de tri des déchets ménagers Altrium à Polignac a été choisi, en 2011, par la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay, le Sictom Emblavez-Meygal, le Sictom des Monts du Forez et la Communauté de communes du Pays de Saugues, Sita affirmait qu'il y aurait toujours des déchets résiduels, après tri, à enfouir. Alors qu'est-ce qui a motivé cette décision? La réponse de Stéphane Leterrier.

Aucun centre d'enfouissement ne verra le jour sur la circonscription
Une revalorisation du site sera entreprise, même si les modifications opérées jusqu'à maintenant sont mineures. Sita avait engagé des frais conséquents dans ce projet mais Stéphane Leterrier, qui le reconnaît, n'a pas souhaité divulger la somme perdue dans l'affaire. Notons également que ce type de situation, avec un retrait du porteur de projet, est plutôt rare même si Stéphane Leterrier assure qu'il n'a pas cédé devant la pression de la population mais plutôt lorsqu'il a pris connaissance du projet Altriom, appuyés par les élus.
De son côté, le député Jean-Pierre Vigier se dit très fier et très heureux d'annoncer cette nouvelle. Il annonce d'ores et déjà qu'il compte bien en faire de même avec le projet de Pizzorno à Saint-Beauzire, dans le Brivadois, et qu'aucun centre d'enfouissement ne verra le jour sur sa circonscription. Il envisage aussi de revoir le schéma départemental.

Altriom rend obsolète le projet Sita
En 2011, la société locale Vacher et Praxy Développement se sont associés pour créer un centre de tri et de valorisation sur la zone artisanale de Polignac qui accueille déjà les installations Vacher pour la gestion du tri sélectif. Il s'agit de trier cette-fois les ordures ménagères, non triées au préalable par les usagers. Altrium sera le premier centre de tri et de valorisation des ordures ménagères et des déchets professionnels à ce niveau de performance industrielle en France.
A peine quelques heures avant l'annonce de l'arrêt du projet de Sita à Cayres, le directeur général de la société Vacher, Arnaud Charreyre, était l'invité d'NRJ Haute-Loire en direct de la Foire-Expo du Puy. Il a pu expliquer en quoi le projet Altrium devait logiquement mettre un terme à tout autre projet sur son secteur de collecte (dans un premier temps, la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay, le Sictom Emblavez-Meygal, le Sictom des Monts du Forez et la Communauté de communes du Pays de Saugues pour lesquels Altrium a remporté l'appel d'offres).

Les travaux de terrassement sur la zone artisanale de Polignac ont commencé il y a près de trois semaines. Le démarrage de l'activité est prévu pour mi-2014.

Que fait-on alors de nos déchets ultimes ?
Si les élus expliquent de concert : "plus on valorisera, moins il y aura de déchets ultimes", reste maintenant à savoir où seront enfouis ces derniers, alors qu'Altriom ne pourra traiter, a priori, que 80 à 90 % du volume total. Il existe un site d'une capacité de 500 000 Tonnes à Firminy, dont 300 000 Tonnes sont utilisées. A titre de comparaison, le projet de Cayres tablait sur 40 000 Tonnes.
La solution pour les déchets ultimes de Haute-Loire semble donc se situer hors du département car si le député parle de plan interégional, la mécanique ne fonctionne que dans un sens et la Haute-Loire, qui souhaite exporter ses déchets hors du département, n'est pas prête à accueillir ceux des départements voisins. Il faut toutefois trouver des solutions de proximité, comme le prescrit le Grenelle de l'environnement. On estime qu'environ un tiers du flux de poids lourd en France concerne des transports de déchets. Les solutions les plus probables, en attendant une refonte du schéma départemental, se situent donc à Firminy et dans le Puy-de-Dôme, désormais équipé d'un incinérateur.

Maxime Pitavy et Annabel Walker (zoom dici.fr)

Commenter cet article